St-Joseph, Terre-Rouge: 4 Malfra Agress Ek Ligot Georges, Enn Boutikie 84 An

Loading...

Georges, un boutiquier de 84 ans, a été braqué, mercredi, à St-Joseph, Terre-Rouge.Quatre malfrats l’ont ligoté avant de faire main basse sur des cigarettes, des bouteilles de whisky et deux tablettes. Ils sont repartis avec un butin de Rs 171 300. Trois heures après, la victime a été libérée par son épouse.

Georges (prénom modifié), d’origine chinoise et son épouse, gèrent une boutique, sur la route principale de St-Joseph depuis de nombreuses années. « D’habitude, nous fermons peu après 9 heures pour rouvrir dans l’après-midi », explique l’épouse.

Mercredi, elle s’était absentée et Georges est resté seul dans son commerce. « Li ti pre pou ferme », raconte l’épouse. C’est vers 10 h 30 que les quatre individus y ont fait irruption.

Le boutiquier était derrière son comptoir. « Zot inn pous mwa », explique le vieil homme sous le choc. Il tente de se défendre, mais les voleurs l’immobilisent sans peine. « Ils m’ont battu, ligoté les mains dans le dos avant de me mettre assis sur le sol et de refermer la porte », raconte le commerçant.

Leur victime hors d’état de nuire, les voleurs prennent l’argent de la caisse.  Puis, ils pénètrent dans la maison du couple. Les malfrats font main basse sur 10 bouteilles de whisky, des cartouches de cigarettes, un ordinateur portable et deux tablettes. Leur forfait commis, ils prennent la fuite, abandonnant le vieux commerçant à son sort.

Aucune réponse

La porte du commerce étant fermée, nul n’est au courant du braquage.  C’est vers 13 heures que l’épouse du commerçant rentre. « J’ai frappé à la porte, mais personne n’est venu ouvrir», explique-t-elle. « Comme il est un peu sourd, j’ai cogné plus fort à la porte, mais aucune réponse. J’ai trouvé cela étrange », poursuit l’épouse.

Elle entend par la suite la voix de Georges. « Il me parlait et m’expliquait qu’il ne pouvait ouvrir vu qu’il a été attaqué et ligoté par des voleurs. J’ai tout de suite alerté la police ». Les agents de l’ordre forcent la porte, c’est ainsi qu’ils découvriront le commerçant, les mains ligotées à l’arrière de son comptoir. Il portait des ecchymoses.

Georges a été conduit à l’hôpital. C’est dans la soirée de mercredi qu’il s’est rendu au poste de police de Terre-Rouge pour faire le récit du braquage. Ce n’est pas la première fois que sa boutique et sa maison sont la cible de voleurs.

« C’est la quatrième fois que nous sommes cambriolés. En mars dernier, nous n’étions pas à Maurice. Des voleurs ont fait irruption dans notre demeure et notre boutique. Ils avaient forcé une porte. Il y a deux ans, des voleurs avaient sévi deux jours de suite », s’indigne l’épouse.

La police criminelle de Terre-Rouge a initié une enquête pour mettre la main au collet des suspects. Ils n’excluent pas la thèse qu’ils soient de la même bande qui avait attaqué les deux femmes pompistes, samedi le 13 mai, à la station-service d’Engen sur l’autoroute de Riche-Terre.

Comments

comments