Il drogue sa petite amie et la viole, puis ce qu’il la force à faire par la suite est inimaginable…

Loading...

Gabbe Rowland a connu l’enfer sur terre. Pendant une semaine, son petit ami lui a injecté de l’héroïne malgré elle, puis l’a forcée à avoir des rapports avec son chien pendant qu’il filmait. Comme si ce n’était pas assez, il l’a aussi violée à répétition.

Trois ans plus tard, elle arrive à parler de ce que lui a fait subir son ex, Justin Mustafa.

Pendant une semaine, il l’a torturée et l’a forcée à faire des actes dégoûtants et dégradants. Depuis, l’homme est incarcéré. Par chance, la jeune femme du Massachusetts a réussi à s’enfuir, et Mustafa a été condamné à six ans de prison.

Mustafa avait déjà été incarcéré et suite à sa précédente sortie de prison, en janvier 2013, Gabbe était tombée enceinte. Or, son copain était persuadé qu’elle l’avait trompé.

Leur relation s’est détériorée et elle avait décidé de le quitter alors qu’il l’avait traitée de « petite pute ». Ils se sont toutefois réconciliés, mais elle a fait une fausse couche. En mai 2013, elle l’a quitté, mais il l’a harcelée avec des textos, avant qu’elle ne subisse les agressions dès le 29 juin.

Après l’avoir prise chez un ami, il l’a emmenée dans un endroit calme où il lui a dit de fermer le poing…

« Il a vidé une seringue d’héroïne dans mon bras et j’étais sans défense. C’est arrivé si vite et j’avais peur de ce qu’il ferait si je m’en allais. »

Ne prenant pas de drogues, la substance l’a rendue malade et les injections ont continué tous les jours pendant une semaine. Pendant cette période de séquestration, il l’a conduite dans un bois où il l’a violée et l’a forcée à faire une fellation à son pitbull tout en la filmant.

« C’est l’une des pires choses qu’il m’a fait faire. Après ça, il m’a dit d’aller à la salle de bain me laver les dents, et de revenir lui faire une fellation. »

Elle a pu s’évader le 5 juillet et Mustafa a été condamné à 6 ans de prison après avoir été reconnu coupable d’agression avec une arme, de coups et blessures, de destruction de biens et d’intimidation de témoin.

Comments

comments