Palmar: Jean Maxwell “Exkiz mwa.. monn tren li dan karokann, agress li sexuelman ek pil enn ross lo so latet”

Loading...

Cinq ans après les faits, Jean Maxwell Gopal a comparu devant les Assises pour le meurtre de Sateewatee Jangtoo. Le jeune homme a plaidé coupable. Il avait traîné la victime dans un champ de canne, avait sexuellement abusé d’elle, avant de lui asséner des coups de pierre à la tête, le 8 juin 2012, à Palmar.

« Pa coné ki fine pas dan mo latet sa lerla »,   a affirmé Jean Maxwell Gopal lors de sa déposition, le lundi 5 juin, à la cour d’assises devant le juge Benjamin Marie-Joseph.

Le jeune homme a plaidé coupable du meurtre de Sateewatee Jangtoo, âgée d’une quarantaine d’années, le 8 juin 2012, à Palmar. Le vol serait le mobile de ce crime crapuleux. Sateewatee Jangtoo a été sexuellement abusée avant d’être tuée.

Les plaidoiries seront entendues ce mercredi 7 juin. Appelé à la barre, Jean Maxwell Gopal, 21 ans, a présenté des excuses à la cour et à la famille de la victime. Il dit sincèrement regretter son acte.

«Mo finn fer lespri pu al atak enn ladan»

Dans ses dépositions à la police, Jean Maxwell Gopal raconte qu’il savait que des femmes qui allaient travailler empruntaient une ruelle dans un champ de canne, à Palmar. « Mo finn fer lespri pu al atak enn ladan. »

8 juin 2012. C’est Sateewatee Jangtoo qui en a fait les frais de ces intentions criminelles. La victime empruntait seule la ruelle quand Jean Maxwell Gopal l’a accostée. Sans crier gare, le jeune homme l’a traînée au fond du champ afin que ses cris n’alertent pas le voisinage. Il a utilisé la faucille de la victime pour la menacer. Une lutte s’en est suivie entre les deux protagonistes. « Ti ena enn ross dan mo lamin, monn pil sa lor so latet », raconte Jean Maxwell Gopal.

Alors qu’il abusait sexuellement de la victime qu’il s’est rendu compte que cette dernière ne bougeait plus. Il l’a abandonnée sur les lieux, avant de rentrer chez lui. Il a confié ce crime à sa mère qui ne l’aurait pas cru.

C’est après une déclaration du fils de la victime que la police a ouvert une enquête. Ce dernier avait signalé la disparition de sa mère dans la journée du 8 juin 2012.

Une battue a été organisée dans les alentours, où Sateewatee Jangtoo avait l’habitude de se trouver. Ses vêtements et ses affaires personnelles ont été retrouvés. C’est vers 22 h 10 que le cadavre de la quadragénaire a été retrouvé. L’examen post-mortem pratiqué par le chef du département médico-légal, le Dr  Sudesh Kumar Gungadin, avait attribué la cause de la mort à une fracture du crâne. Trente-cinq blessures ont été décelées sur la victime.

Comments

comments