Lopital Victoria: Li Al Rann Vizit Enn Pros Ek Mor Divan ICU

Loading...

«On a appelé à l’aide. On a demandé aux infirmiers et médecins présents de l’aider, mais ils n’ont rien fait.» C’est ce que martèle Ragini Chinappen, dont la soeur, Rouba Soolen, a eu un malaise avant de rendre l’âme devant l’Intensive Care Unit (ICU) de l’hôpital Victoria, à Candos, le 28 mai. Selon elle, la victime s’est écroulée après qu’une agente de sécurité s’en est prise à elle. Après avoir porté plainte à la police de Quatre-Bornes, le même jour, ils comptent cette semaine intenter un procès à l’établissement pour non-assistance à  personne en danger. Mais à l’hôpital, on avance que ce sont les proches qui ont refusé l’aide du personnel.

Ragini Chinappen, une habitante de Vandermeersh, à Beau-Bassin, raconte que Rouba Soolen et elle, ainsi que quelques proches se sont rendus à l’hôpital, tôt le matin, pour une visite à un proche. Une fois sur les lieux, la victime voulait accompagner sa mère, une octogénaire qui éprouve des difficultés à marcher, à l’intérieur de l’unité des soins intensifs.

Or, l’agente de sécurité aurait insulté Rouba Soolen. Cette dernière, qui essayait de lui faire entendre raison, a alors eu un malaise, relate la soeur. Comme personne ne serait venu l’aider, son cousin, un médecin qui était également à leurs côtés, lui aurait fait un massage cardiaque.

Le cousin de la victime aurait, cependant, été interrompu, quelques minutes plus tard, par un médecin de l’hôpital. Un infirmier serait alors venu apporter une chaise roulante pour Rouba Soolen. Il aurait demandé aux proches de transporter la victime au service des urgences (casualty department).

«J’ai demandé à l’infirmier s’il allait venir avec nous mais il m’a répondu : ‘non, amenn li ou mem.’», relate le neveu de la victime. «J’ai couru avec la chaise roulante. Le médecin qui se trouvait au casualty m’a alors demandé de la transporter à l’Emergency Room. Mais il était trop tard, il n’a pu la réanimer.»

Les proches de Rouba Soolen soutiennent que ce drame aurait pu être évité. «On n’arrive toujours pas à comprendre ce qui s’est passé. Elle aurait pu être sauvée si un médecin l’avait examinée au moment où elle a eu ce malaise. Les infirmiers etmédecins présents auraient dû lui venir en aide. Ils ont failli à leur tâche», déplorent-ils. D’ajouter qu’ils ont décidé de rapporter le cas pour qu’un tel incident ne se reproduise plus.

Cette affaire a également été signalée au ministère de la Santé. Une source officielle indique qu’une autre version leur a été donnée par le personnel hospitalier. Selon celui-ci, «des infirmiers et médecins sont venus vers la victime, mais les proches ont refusé leur aide pour l’emmener eux-mêmes au casualty. Lorsque les proches latransportaient, ils ont croisé un médecin qui n’a pu que constater le décès».

Source: L’express

Comments

comments