Atteinte d’une leucémie à 4 ans: tous solidaires pour la petite Amy

Loading...

L’heure tourne. Et chaque minute compte. Depuis que la leucémie de la petite Amy Fanny, 4 ans, a été diagnostiquée, une véritable course contre la monter a commencé pour ses parents Jean-Noël et Pricille. L’enjeu : en finir très vite avec les démarches administratives et financières pour se rendre à La Réunion où un traitement pourrait aider la fillette à retrouver une bonne santé.

«C’est durant la semaine écoulée que la confirmation est tombée. Bien sûr, on a été sous le choc, on a pleuré pour évacuer mais on a compris très vite qu’il nous fallait nous ressaisir pour se battre», confie Nicolas Fanny, l’oncle de la fillette qui avait été admise, il y a trois semaines, pour une bronchite avant que les examens ne révèlent la présence d’une leucémie.

Depuis, Amy, connue pour son sourire et son rire contagieux, se retrouve avec l’ombre de la maladie qui plane sur elle et son entourage. «Comme tous les enfants, elle est une petite qui a toujours de l’énergie à revendre. Elle est aussi une bavarde. Mais depuis qu’elle sait qu’elle est malade, il lui arrive de s’enfermer sur elle-même. Et c’est déchirant de la voir triste», raconte Nicolas Fanny, de l’émotion dans la voix. «Quand elle est comme ça, sans un sourire, sans un mot, on sait qu’elle ne va pas bien.»

Face à leur réalité, les Fanny ont expliqué à la petite qu’elle allait passer un peu de temps à l’hôpital. «On lui a dit que c’est un lieu où elle allait rencontrer de nouveaux amis malades comme elle. Des fois, elle se montre forte, d’autres un peu moins. C’est encore plus dur pour sa soeur aînée Victoria, 11 ans. Elles sont proches et complices, et elle vit très mal le fait de savoir sa soeur malade», poursuit Nicolas. Avec ses proches, il mène la lutte en s’accrochant à la force dont fait montre la petite Amy.

Ils sont décidés à se battre avec comme ultime intention de gagner. Mais pour cela, il faut aller vite : «Les autorités médicales locales nous ont fait comprendre que son traitement est possible à l’étranger. Nous avons ainsi choisi d’avoir recours à l’expertise réunionnaise.»

Depuis le lundi 12 juin, jour où la terrible nouvelle est tombée, les parents d’Amy, soutenus par des proches, se mobilisent. Autour d’eux, une véritable solidarité s’est construite. L’appel au don de sang pour la petite a été un succès et des contributions et soutiens venant de toutes parts, à Maurice comme ailleurs, les aident à tenir le coup. Sur Facebook, l’histoire du combat de cette petite et de sa famille a touché plus d’un. Ce qui est une source de réconfort pour Nicolas.

Entre les différentes procédures pour les passeports et autres démarches auprès du ministère de la Santé et d’autres organismes, ils remuent ciel et terre pour pouvoir se rendre au plus vite à La Réunion. «On remercie tous ceux qui ont répondu positivement à notre appel au don de sang et à tous ceux qui se proposent de nous aider», souligne Nicolas Fanny.

Une page Facebook, Support Amy, a été créée pour tous ceux qui veulent soutenir et aider, d’une façon ou d’une autre, la fillette. Un numéro de téléphone, le 5987 6767, est aussi disponible pour tous ceux qui voudraient contribuer à rendre le sourire à une petite battante nommée Amy.

Lepep, zot mem kapav fer enn donasyon online ou si zot deor ek nou pou fer le neseser pou rant an kontak avek paran Amy pou donn zot larzan la. Zot kapav fer enn donasyon par kart kredi ou par PayPal:

Comments

comments