Braquage de la sbm de la rue royale : le gang du sud soupçonné d’en être l’auteur

Loading...

Rebondissement de taille dans l’enquête sur le braquage de la succursale de la State Bank (SBM) de la rue Royale, à Port-Louis survenu dans la nuit du 25 au 26 février. Les limiers de la Criminal Investigation Division (CID) de Port-Louis Nord détiennent des informations selon lesquelles des membres du gang du Sud seraient impliqués dans ce vol où plus de Rs 4 millions avaient été emportées. Mercredi, les enquêteurs ont fait des descentes aux domiciles des suspects à Union Park, 16e Mile, Grand-Bois et à Saint-Hubert où habite Vishal Seebchurn, 42 ans, membre influent du groupe socioculturel Shiv Shakti Senna.

Les limiers ont mis la main sur un fusil à pompe de calibre 12, plusieurs bijoux soupçonnés de provenir des coffres de la banque cambriolée, des cartouches de même que 15 plants de cannabis au domicile du pompier. Son épouse et son fils de 16 ans ont été conduits dans les locaux de la CID. Vishal Seebchurn est recherché par la police.

C’est après de longs mois de travail que les enquêteurs se sont mis sur la piste de ces nouveaux suspects. Falyad Peerbux, l’un des huit suspects arrêtés dans le cadre de l’enquête, avait expliqué aux hommes du SP Bansoodeb que c’est dans le Sud que l’argent et les bijoux volés avaient été partagés entre ceux ayant participé au braquage.

Autre élément qui a mené les enquêteurs à se douter de l’implication du gang du Sud : un cas de vol banal survenu en mai dans une Guest House à Blue-Bay. Les investigations avaient conduit les limiers de la CID de Mahébourg sur un terrain en friche à Grand-Bel-Air. Le sergent Goodur et ses hommes détenaient des renseignements selon lesquels les objets volés avaient été cachés sur ce terrain. Une fouille des lieux avait permis aux enquêteurs de retrouver des cartouches dissimulées dans un bananier et des cagoules.

Grosse mobilisation policière

Les limiers s’étaient par la suite rendus chez Simadree Joodun, qui  s’occupe du terrain. Une autre perquisition à son domicile avait permis aux enquêteurs de retrouver des bottes, des cagoules et d’autres balles. Il avait été arrêté puis provisoirement inculpé de vol.

Les cagoules seraient celles utilisées lors du braquage perpétré à la SBM. C’est ainsi que l’affaire a été confiée aux limiers de la CID de Port-Louis Nord. Mardi, il y a eu une forte mobilisation policière afin de retrouver les suspects. Les limiers de la CID de Port-Louis Nord, des éléments de la Special Supporting Unit, ceux de la Special Mobile Force, des commandos du Groupe d’intervention de la police mauricienne et ceux de la Dog Handling Unit se sont rendus à Union Park, à Grand-Bois et à 16e Mile, à la recherche des suspects faisant partie du gang du Sud. Chez l’un d’eux, ils ont retrouvé un uniforme de police et une insigne, mais aucun signe de l’homme recherché.

Une autre descente a eu lieu à Saint-Hubert, où habite Vishal Seebchurn. En arrivant sur les lieux, les limiers ont surpris son épouse Maheshwaree Seebchurn essayant de dissimuler une arme à feu de calibre 12. Leur fils de 16 ans était présent. Les policiers ont perquisitionné la maison. Ils ont découvert 10 balles de calibres 12 et 16. Sous les escaliers, ils ont trouvé une trentaine de plants de cannabis.
Poursuivant leurs recherches, ils ont découvert des bijoux dans une armoire. Plusieurs appareils électroménagers neufs ont été saisis.

Les enquêteurs pensent qu’une bonne partie du butin du braquage aurait été blanchie à travers des courses hippiques. Des reçus et d’autres documents ont été saisis par les policiers. Les limiers ont conduit l’épouse et le fils de Vishal Seebchurn dans les locaux de la CID de Port-Louis Nord. Ils pensent que les bijoux proviennent des coffres de la succursale de la SBM. Interrogée sur la provenance des bijoux, Maheshwaree Seebchurn a dit que c’étaient des présents. Elle a retenu les services de Me Rooben Mooroongapillay. À 21 h 45 mardi, Vishal Seebchurn ne s’était toujours pas rendu à la police.

Comments

comments