Lopital Souillac: Zot Pou Soke Ki Finn Ariv Sa Ti Bebe 11 Mois La

Loading...

C’est une maman outrée qui a tenu à témoigner à l’antenne d’Xplik ou K le mercredi 28 juin. « Je souhaite apporter mon témoignage par rapport à une mésaventure que j’ai vécue, pour éviter qu’une telle situation ne se répète et que cela ne finisse pas un jour en un drame. »

Selon cette maman, son bébé de 11 mois aurait pu perdre la vie, alors qu’elle l’avait amené à l’hôpital pour avoir des soins. « Mon bébé était malade, je l’ai porté à l’hôpital de Souillac pour qu’il soit examiné par un médecin.

D’abord, durant la consultation, le médecin qui l’a ausculté n’a même pas pris la peine de vérifier le ‘passeport’ médical du nourrisson. Pourtant, ce carnet de santé comporte des informations essentielles pour un nouveau-né : ces vaccins, son poids et éventuellement ses allergies.

Le médecin m’a prescrit des médicaments. Je les ai donnés à mon enfant. Au lieu d’aller mieux, c’est le contraire qui s’est produit.  Vite, je l’ai transporté de nouveau à l’hôpital de Rose-Belle. Je voyais bien que quelque chose d’anormal s’était produit. Là-bas, un médecin devait diagnostiquer que mon bébé avait fait une « overdose médicamenteuse ».

C’est-à-dire que la dose de médicament que je lui avais donnée était trop forte pour un bébé de son âge. Il aurait pu y laisser la vie. Pourtant, j’ai suivi la prescription du premier médecin à la lettre », affirmait la dame à l’antenne. « La question que je pose est la suivante : n’y a-t-il pas obligation pour un médecin de vérifier toutes les données d’un nourrisson avant de lui prescrire un médicament ?»

La maman dit avoir rapporté sa mésaventure à un responsable de l’hôpital de Souillac. Elle souhaite qu’une enquête soit initiée pour éviter qu’un tel incident ne se reproduise. Finalement, elle s’est tournée à la rédaction d’Xplik ou K, car l’administration aurait tenté de la dissuader de porter plainte, en affirmant « que celle-ci n’aboutirait pas ».

« On a tenté de me persuader qu’une erreur aurait pu être commise par le pharmacien qui m’a délivré le médicament en question : comment cela peut-il être possible ? Si c’est le cas, une enquête s’impose d’autant plus ! » Réagissant au cas de cette dame, Me Rama Valayden, avocat a offert ses bons services pour aider la dame à rédiger une plainte officielle à l’adresse du ministère de la Santé, vu la gravité de ce manquement.

Comments

comments