Commission drogue: Sanjeev Nunkoo, l’ex-accusé du meurtre d’Hélène Lam Po Tang dit détenir des «informations sensibles».

Loading...

Il est sorti de ses gonds. Réfutant la version de Me Anupam Kandhai, qui a été le premier avocat à déposer devant la commission d’enquête sur la drogue. Ce dernier avait indiqué que c’est à la demande de Sanjeev Nunkoo, son «ami d’enfance», qu’il avait payé une amende du trafiquant de drogue Jackson Kamasho.

Or Sanjeev Nunkoo, qui avait été arrêté dans le cadre du meurtre d’Hélène Lam Po Tang, en octobre 2010, soutient le contraire. Il a été entendu par la commission Lam Shang Leen, ce jeudi 3 août.

Lors de son audition le 15 juin, l’avocat Kandhai avait raconté que les proches du trafiquant Kamasho avaient remis la somme de Rs 306 000 à Sanjeev Nunkoo pour s’acquitter de l’amende. Mais qu’au final, il s’est retrouvé à effectuer le paiement étant donné que ce dernier, un ex-détenu, n’avait pas le droit de le faire. Les faits, avait précisé l’homme de loi, remontent au 3 février 2016.

Une version que récuse Sanjeev Nunkoo. À l’ex-juge Paul Lam Shang Leen et à ses assesseurs, il a fait comprendre que les faits, tels qu’établis par Me Anupam Kandhai, ne sont pas corrects. Il concède que Jackson Kamasho a effectivement pris contact avec lui en janvier 2016. Mais précise Sanjeev Nunkoo, il n’a fait que lui suggérer le nom d’Anupam Kandhai. Son implication dans cette affaire, insiste-t-il, s’est arrêtée là.

Qui plus est, affirme-t-il, à aucun moment les proches de Jackson Kamasho ne lui ont remis de l’argent. Selon Sanjeev Nunkoo, c’est Me Anupam Kandhai qui avait l’argent en sa possession.

Sanjeev Nunkoo a complété son audition à huis clos. La raison étant qu’il a dit détenir des «informations sensibles». Il a passé quatre ans et demi en prison, dans le cadre de l’affaire Lam Po Tang, avant d’être acquitté en 2015. Il avait retenu les services de Me Rama Valayden.

 

Comments

comments