Infidelite : Jeven agress so fam Daisy ek fracture so ban cot

Loading...

So mari dir ki so fam pe tromp li ek so frere. Mari la in menace so fam ek lin bat li si, lindi gramatin, kan madame la ti pe al travay. Zom la in pass la cour, mard, apre ki lin arrete.

La violence conjugale inquiète. Daisy (prénom modifié) dit qu’elle est une femme battue. Lundi, vers 8 heures, cette habitante de Petit-Verger (Saint-Pierre) et mère de famille, a quitté son domicile pour se rendre sur son lieu de travail, à Helvetia. Sur place, alors qu’elle s’apprêtait à rentrer dans la cour de son patron, son époux que nous prénommerons Jeven, 28 ans, l’a approchée.

J’avais mon téléphone portable à la main et Jeven s’est mis à m’interroger. Il a arraché mon cellulaire et l’a projeté au sol. Jeven finn donn mwa plizier kout pwin lor mo figir ek li finn obliz mwa pou suiv li. Li finn menas pou touy mwa si mo pa suiv li. N’ayant pas de choix et craignant pour ma sécurité, je l’ai suivi », raconte Daisy dans sa déposition.

Son époux l’aurait conduit à Mon-Désert-Alma dans un champ de canne, selon Daisy aux enquêteurs de Saint-Pierre chargés du dossier. L’habitante de Petit-Verger raconte à la police que son époux Jeven la soupçonne d’infidélité. Or, selon Daisy, elle est fidèle à son époux. « Jeven m’a projetée au sol et m’a agressée à coups de pied sur le visage et plusieurs parties du corps. À un certain moment, il a reçu un appel et j’en ai profité pour m’enfuir. » Daisy a été conduite à l’hôpital Dr A. G. Jeetoo, où elle a été admise pendant deux jours. Elle a eu les côtes fracturées.

Mardi, le sergent Ramdhanee, sous la supervision du chef inspecteur Rummun, a arrêté Jeven. Celui-ci a avoué avoir agressé son épouse.

Ma femme me trompe avec mon frère. Je ne pouvais plus supporter sa liaison extraconjugale avec mon frangin. Monn koumans stresse ek sa ti pe fatig mo latet. Monn araze ek monn batt mo madam. »

Après son interrogatoire, il a été placé en détention. Mercredi, l’époux a comparu devant le tribunal de Moka, où une charge provisoire de violence domestique a été déposée contre lui. La police ayant objecté à sa libération conditionnelle, il a été reconduit en cellule policière.

Contactée, Daisy explique qu’elle ne trompe pas son époux.

Jeven me cherche toujours des ennuis. Il m’agresse souvent pour des raisons banales et sur la base de certaines folles rumeurs. Mo mariaz fer deza nevan ek fer sinkan depi mo gayn bate avek mo missie. Mo pa kone kifer li pans kumsa lor mwa. »

Cette mère de famille explique qu’elle a demandé à son époux de faire preuve de bonne conduite, en vain.

Jeven enn kiken korek me so mood enn kout sanze ek li vinn extra violan. »

Elle entreprend des démarches pour obtenir une ordonnance de protection contre son époux.

Comments

comments