Chemin-Grenier: Enn Polisie Fer Menas Demor “Mo pou fer eliminn twa. Vey byen ki mo finn dir twa”

Frédérick* dir li per pou so sekirite. Sa abitan Chemin-Grenier la, 47 an, alegue ki li finn gengn bate par enn polisie lo so latet avek enn boutey anver Vandredi aswar.

Lazan-la inn profer bann menas demor. Enn depozisyon inn fer stasyon lapolis Chemin-Grenier mem zour.

Enn resepsyon maryaz ki tourn mal. Vandredi aswar, abitan Chemin-Grenier-la ti invite dan maryaz so nies ki enn polisiyer. Enn diskisyon finn leve akoz enn zafer danse ant Frédérick ek enn polisie.

Au cours de cette bagarre, l’agent s’empare d’une bouteille et aurait agressé Frédérick à la tête. Ensuite, selon le plaignant aux enquêteurs, le policier l’aurait menacé. « Fer atansyon kan to pe marse lor simin. Mo pou sot to pwanie parey kouma sa kez le Sud-la ek mo pou touy twa si bizin. Mo pou fer eliminn twa. Vey byen ki mo finn dir twa. »

Blessé à la tête, Frédérick s’est rendu à l’hôpital où il a reçu les premiers soins. Puis il a été autorisé à rentrer chez lui. Dans sa déposition, il dit craindre pour sa sécurité. « Si le policier a pu me frapper avec une bouteille en verre à la tête, il n’hésitera pas à mettre à exécution ses menaces.

Depuis, je crains de sortir seul, de peur qu’on m’attaque. Si mo ban fami pa ti intervenir, mo ti kapav blesse pli gravment. » Le policier l’aurait insulté et proféré des injures à son encontre. « Je me sentais humilié devant mes proches. C’est regrettable qu’un policier ait agi de la sorte envers un membre du public. »

Le Défi Quotidien a contacté le policier sur son téléphone portable pour avoir sa version des faits, mais il était injoignable. Le cas a été confié à la police de Bel-Ombre.

*Prénom modifié

Comments

comments