Saisie des 157 kg d’héroïne: Qui est ‘Anita’ ?

Alors que l’Adsu soupçonne Christelle Bibi d’avoir utilisé le nom de code « Anita » pour communiquer avec Navind Kistnah, ce dernier sera appelé, ce vendredi 18 août, à révéler l’identité de celle qui se cache derrière ce nom et son rôle dans le réseau Peroomal Veeren.

La tâche des enquêteurs n’est pas aisée. Si Navind Kistnah a dénoncé plusieurs personnes comme étant des pions du réseau Veeren, il n’a fourni à la brigade antidrogue que des noms de code. Selon des recoupements d’information, il est probable que Christelle Bibi soit la mystérieuse Anita. D’autres sources mentionnent une femme proche de Peroomal Veeren.

Loading...

Le suspect Kistnah enchaîne les séances d’interrogatoire. Il sera cette fois invité à faire la lumière sur les divers protagonistes qui l’ont contacté, lors de ses voyages en Afrique.

Christelle Bibi a été arrêtée par l’Anti Drug and Smuggling Unit (Adsu) le mardi 23 mai, après ses démêlés avec la commission anticorruption dans l’enquête sur des cas de blanchiment d’argent. C’est le suspect Lucknarain Dookhit, autre pion dans le réseau Veeren, qui avait incriminé Christelle Bibi lors de son interrogatoire par l’Adsu. Ce dernier avait eu des échanges de courriels avec Navind Kistnah.

Ces correspondances étaient axées sur des instructions pour l’importation d’équipements d’Afrique du Sud, pour faciliter le trafic d’héroïne. Les 157 kg de drogue saisis par la police en mars dernier, dans le port, étaient dissimulés dans des appareils.

Christelle Bibi a déjà été confondue par Lucknarain Dookhit et Tony Riacca. Ces derniers sont soupçonnés d’avoir géré les finances de Peroomal Veeren. L’Adsu soupçonne Lucknarain Dookhit d’avoir facilité le paiement des cargaisons de drogue en Afrique. Tony Riacca aurait été désigné par Peroomal Veeren pour récupérer les recettes, une fois la drogue vendue.

Lors de son interrogatoire du 17 août, Navind Kistnah s’est expliqué sur ses échanges de courriels quand il se trouvait en Afrique. Il a balancé les noms de « Blaka » et de « Rassoul », comme étant ses complices qui ont facilité la transaction de drogue, supervisée par Veeren.

Les enquêteurs tentent de comprendre le fonctionnement du réseau. Ils l’ont confronté aux participations de divers protagonistes dans le cadre du trafic sur l’axe Maurice-Afrique.

Selon les enquêteurs, Navind Kistnah semble ne pas vouloir collaborer pleinement avec eux pour mettre un terme aux activités du réseau. Le plus intrigant, c’est qu’à aucun moment, il n’a incriminé la dénommée Anita. L’Adsu estime que le directeur de Kun Management Ltd tente de protéger certains membres du réseau.

Le fait que Navind Kistnah a dénoncé Peroomal Veeren comme étant le commanditaire du trafic, fait croire aux policiers que les déclarations de Veeren devant la commission d’enquête constitueraient un règlement de comptes à l’égard de son dénonciateur.

Navind Kistnah avait débarqué au pays le samedi 15 avril, avant d’être placé en état d’arrestation. Il avait été intercepté à Maputo par la police mozambicaine pour séjour illégal.

Navind Kistnah a été interrogé sur le rôle présumé de Geanchand Dewdanee dans le réseau. L’Adsu l’a confronté à certains documents relatifs aux procédures de dédouanement des colis.

Certains policiers ne cachent plus leur agacement face aux réponses du suspect. Alors que l’habitant de Montée S a mentionné son intention de collaborer avec la police, ses dires ne convainquent pas les limiers.

Navind Kistnah avait dénoncé certains complices en balançant des prénoms. À ce stade de l’enquête, l’Adsu a transmis les noms mentionnés aux autorités africaines. Elle n’est, à ce jour, pas en possession d’éléments solides pouvant confirmer les dires du suspect.

Comments

comments