Meurt Lara Rijs: Bann Prelevman Anba Zong Sispe-la Zize Determinan

Cinq jours depuis le meurtre de Lara Rijs, 34 ans, à la AO Résidence de Luxe 2 Futures, à Grand-Baie. À ce stade, les enquêteurs misent sur les résultats d’analyses des traces de sang, retrouvées sur les vêtements de Sahib Meer Hossen  pour le confrondre.

Me Ravi Rutnah a souhaité défendre le suspect Sahib Meer Hossen. L’avocat a rencontré son client dans la soirée. Il allègue que son client a été victime de brutalité policière.

Dans un communiqué, il explique que le vigile « affirme avoir été victime de brutalité policière à trois reprises depuis son arrestation lundi. D’abord, par les limiers de la CID de Grand-Baie, ensuite par les limiers de la MCIT, les 15 et 16 août, qui ont voulu lui extirper des aveux ».

Loading...

Au terme de l’entretien avec son client, l’avocat a rédigé un document dans lequel il demande que « mon client puisse faire état de sa situation à une unité de police indépendante, et à la commission des droits de l’homme, et que l’enquête soit retirée des mains de la MCIT ».

Les enquêteurs, eux, ne veulent pas brûler les étapes pour ne pas voir une réédition de l’épisode Michaela Harte. Les membres de la Major Crimes Investigation Team avancent avec beaucoup de prudence, l’affaire étant suivie de près par la presse étrangère.

« Le suspect n’a nullement été victime  de brutalité policière », disent les policiers, « si c’était le cas, comment expliquer que nous ayons autorisé ses proches à lui rendre visite », lâche un enquêteur.

“Le cellulaire et les sous-vêtements de la victime ont été retrouvés dans un buisson, dans la cour de la résidence.”

Enregistrement vidéo

Jeudi, les officiers du Forensic Science Laboratory, de la police criminelle de Grand-Baie et de la MCIT se sont de nouveau rendus sur les lieux du crime. Tout indique que Lara Rijs se serait défendue contre son agresseur. Les policiers recherchent de nouveaux indices.

Le suspect s’est soumis à des prélèvements sous ses ongles, pour voir s’il n’y aurait pas de fragment de peau de la victime. Il aurait violemment refusé de collaborer. Le cellulaire et les sous-vêtements de la jeune femme ont été retrouvés dans un buisson, dans la cour de la résidence. Autant d’éléments qui aideront la police scientifique à faire avancer l’enquête. Les policiers devront patienter plusieurs jours pour avoir les résultats d’analyses jugés déterminants.

Seule certitude des limiers : les enregistrements de vidéo surveillance du complexe résidentiel. Après une soirée festive entre amies, Lara Rijs avait regagné son appartement, ivre. Ses amies l’ont déposée et ont garé sa voiture sur le parking de la résidence avant de quitter les lieux.
Interrogé sur son emploi du temps, le vigile avait soutenu « madam la finn galoup de cout e li fnn tombe e mo finn al ed li ». Les images évoquent autre chose. Lara Rijs ne serait jamais tombée. Sahib Meer Hossen l’aurait volontairement approchée. Les enquêteurs pensent que la victime faisait confiance au vigile. Après l’avoir déposée dans son appartement, le suspect aurait repris son poste, puis, peu après, les images montrent qu’il avait disparu des écrans.

Traces de sang

Sur une autre caméra placée à l’extérieur, le suspect est de nouveau aperçu vers 1 h 30 près d’un terrain vague. C’est à 1 h 57 qu’il est retourné à son poste, le vigile a fait des va-et-vient jusqu’à 4 h 30. Son collègue l’ayant relevé, c’est vers 5 h 30 que Sahib Meer Hossen est rentré chez lui. Le collègue a aussi été interrogé par les policiers. Un chauffeur de taxi et une amie de la victime ont confirmé aux policiers qu’ils n’ont pas aperçu le vigile à son poste.

Des traces de sang ont aussi été retrouvées sur le tapis de la voiture de la victime. Les images montrent que le suspect est resté à l’intérieur durant quatre minutes. La cuisine utilisée par les employés de Résidence de Luxe a été passée au crible. D’autres traces de sang ont été retrouvées près du bassin à vaisselle. L’arme du crime reste introuvable.

Lundi, après son arrestation, les limiers de la MCIT ont accompagné Sahib Meer Hossen à son domicile de Plaines-des-Roches pour récupérer les vêtements et chaussures qu’il portait ce soir-là.

Le suspect a voulu cacher ses ongles lors des prélèvements

Mardi après-midi, la police scientifique a effectué des prélèvements sur les lieux du crime en présence des limiers de la Major Crimes Investigating Team et de la brigade criminelle de Grand-Baie. Le suspect Sahib Meer Hossen y était également. À un moment, le suspect a remarqué un bout de ses ongles qu’il avait cassé et a tenté de le cacher aux enquêteurs. Un des policiers a remarqué son geste et a pu récupérer l’ongle. Le suspect a dû se soumettre à un test ADN dont les résultats sont attendus.

Chronologie : semaine mouvementée

Dimanche :

  • 18 heures : Sahib Meer Hossen, le vigile, prend son poste au AO Résidence de Luxe, 2 Futures.
  • 22 h 50: selon le suspect, Lara Rijs est déposée par ses amis à la résidence.
  • 22 h 55: le suspect dit être retourné à son poste après avoir conduit la jeune femme (en état d’ébriété) dans sa chambre.
  • De 22h55 à 4 h 30 (lundi) : le vigile dit être resté à son poste.

Lundi :

  • 4 h 30: le vigile est relevé par un collègue.
  • 5 h 30: Sahib Meer Hossen finit son service et quitte l’établissement pour Plaine-des-Roches.
  • 15 h 40 : Lara Rijs  est découverte dans une mare de sang dans son lit à l’appartement G 3. La police est alertée. Le vigile, suspecté d’être l’auteur du crime, est arrêté.

Mardi :

  • L’autopsie révèle que la victime a été égorgée après avoir été violée.
  • Le suspect est traduit en cour de Pamplemousses pour être inculpé de meurtre. Il clame son innocence. Une fouille à son domicile a permis à la police de retrouver du sang sur ses vêtements.
  • Le cellulaire et un sous-vêtement de Lara Rijs sont retrouvés dans un buisson à la résidence.

Mercredi :

  • la famille de Lara Rijs arrive à Maurice. Elle émet un communiqué.

Jeudi :

  • les proches de la victime rencontrent le CP. Nouvelle descente sur le lieu du crime. Le vigile est conduit à son domicile où les policiers saisissent ses uniformes. Les résultats des analyses sont attendus dans les jours à venir.

Comments

comments