La fillette dit qu’elle a mal à la main. Puis la maman pousse un cri de mort en apercevant ces brûlures troublantes.

Une fillette de 7 ans a eu d’horribles brûlures chimiques après s’être fait faire un dessin au henné noir pendant des vacances en Égypte.

La jeune Madison Gulliver était en voyage avec son père, quand celui-ci lui a permis d’avoir un tatouage temporaire sur son bras à leur hôtel 4 étoiles.

Elle s’est plainte rapidement que ça piquait, avant que des cloques douloureuses n’apparaissent. Ces cloques ont dû être traitées dans une unité spécialisée dans le soin des brûlures à un hôpital, ce qui lui a laissé des cicatrices sur le bras.

Le henné noir contient du paraphénylènediamine et beaucoup de teinture chimique et il est normalement interdit de l’utiliser sur la peau.

Loading...

La jeune fille avait des cloques du bout des doigts au coude et souffrait atrocement. Le salon de l’hôtel déclarait alors que le problème n’est pas le henné, mais la peau de sa fille.

C’est à leur retour à la maison le 25 juillet que la peau de Madison a commencé à cloquer. En retirant le henné, ses parents ont vite remarqué des éruptions sous le dessin.

Finalement, l’hôtel d’Hurghada s’est excusé et a retiré les tatouages au henné de ses services offerts.

Le Dr Chris Flower, directeur général de la Cosmetic, Toiletry and Perfumery Association, dit de se méfier des tatouages au henné noir, puisqu’ils contiennent de grandes quantités de PPD. « Le véritable henné n’est jamais noir, mais est d’un brun orangé. Tous les tatouages temporaires très sombres devraient être traités avec beaucoup d’attention. Quand on applique du henné noir avec du PPD sur la peau, il peut y avoir des réactions allergiques et des brûlures chimiques. Si vous avez un doute, ne le faites pas. »

Comments

comments