Li Apel Ritesh Kumar Shamjhu: Zot Pa Pou Kwar Saki Trwa Polisie Inn Fer Avek Li Lo Laplaz Publik

Li finn retenir servis enn avoka. Ritesh Kumar Shamjhu, 32 an, dir li finn pass enn move kar der ant lamin trwa polisie. Li touzour rapel saki finn pase avek li…

Le 15 Aout, li ti pe fet so premie aniverser maryaz. Ek Ritesh Kumar Shamjhu, 32 an, ti kontan pou selebre sa evenman-la avek so madam. Sof ki sa pou vinn pli pir zour dan so lavi. Sa General Worker-la, anplwaye par minister lasante, dir li finn brutalize ek forse pou tir so linz par trwa polisie…

Depuis, Ritesh Kumar Shamjhu n’est plus le même. Traumatisé par ce qui lui est arrivé, il dit ne plus avoir confiance en lui. Ce matin-là, raconte-t-il, comme à l’accoutumée, il s’était rendu à la plage publique de Pointe-aux-Biches.

Trois collègues et lui y sont affectés depuis plus d’un an et s’occupent chacun d’une partie de la plage. «Nou laba pou nétoy laplaz ek débrans bann gro pié ek nétoy bann bwison tousa parski plas-la inpé trankil ek souvan éna bann voyou.»

À un moment donné, dit Ritesh Kumar Shamjhu, «bann polisié-la ti pé fer patrouy. Enn kaporal inn vinn ar mwa ek li’nn démann mwa ki mo pé fer». Bien qu’il leur ait expliqué qu’il est employé par le ministère, le caporal aurait insisté pour qu’il lui montre une carte ou autre document pour confirmer ses dires, d’autant que Ritesh Kumar Shamjhu avait un sabre à la main. «Zamé nou’nn gagn kit kart ou ID ek nou péna iniform. Mo ti an sivil.»  

«Pandan plis ki dézertan mo’nn ress touni dan kaso»

Et au fur et à mesure de la discussion, le caporal, avance Ritesh Kumar Shamjhu, aurait haussé la voix. «Li’nn koumans fer tapaz akoz mo ti ar sab. Li’nn koumans dir ki mo enn voyou ki pé trenn par isi…»

Le trentenaire soutient que ses collègues ont tenté d’intervenir, en vain. «Sa ler-la mwa osi mo’nn koumans kriyé parski mo pa ti pé dakor ar séki pé arivé. Mo’nn mem dir li atan mo inspekter vini, mé zot pa’nn ékouté.» 

Ritesh Kumar Shamjhu aurait été embarqué de force dans le véhicule des policiers. Une fois sur place, ces derniers l’auraient menotté et le caporal l’aurait obligé à se dévêtir. «Dan pé riss mwa, li’nn grif mwa lor mo figir ek pandan plis ki dézertan mo’nn ress touni dan kaso», confie cet habitant de Triolet.

Une charge de carrying offensive weapon in a public place pèse sur lui. Après avoir payé une caution de Rs 1 630, Ritesh Kumar Shamjhu a pu rentrer chez lui. Il était alors 17 heures. «Ler mo’nn rant lakaz, mo pa’nn kapav kozé pandan enn bon bout létan. Aswar ki mo’nn rakont mo fami ki’nn arivé.» 

Ritesh Kumar Shamjhu dit avoir été victime d’une grave injustice. «Mo’nn pran enn avocat ek so landimé mem mo’nn al lopital pou pran enn form 58. Sa mark-la inn resté lor mo figir.» Depuis cet incident, il est suivi par un psychologue à l’hôpital du Nord.

Comments

comments