Apre Ki Li Finn Viv 53 An Dan Lakaz Familial, So Ser Met Li Deor

Li soufer hepatite ek ena 63 an, Heman retrouv li dan lari. Li finn expulse depi so lakaz so paran ki fini desede ek rakont so maler.

“Mo byin trist akoz enn manb mo lafami inn rezet mwa,” Heman dir. Li ena 63 an ek soufer hepatite ek bizin fer bann seans dializ souvan. Li rakonte avek tristes kouma li finn expulse so lakaz. Li dir li finn konstrwir sa akoz li mem ti pli gran dan sa lakaz-la.

“Sa fer 53 an ki monn abit dan sa lakaz-la, mem apre dese mo bann paran monn rest laba mem,” li dir.

“Apre lamor enn parmi mo bann bofrer, mo ser inn demann mwa permisyon pou viv anba mem twa ki mwa. Akoz mo mem pli gran frer, mo pa finn refuz li. Aster azordi, mo retrouv mwa lo lari, ek se li mem ki finn expulse mwa,” li rakonte an larm.

Li pe fer va-e-vyin dan bann lakaz akey. Parfwa, li dormi dan lari, ziska so enn belser propoz li pou vinn dormi kot li dan Saint-Pierre.

Loading...

” Kass Kadena Rantre “

« Je donne une partie de ma pension de retraite à ma belle-sœur pour subvenir à mes dépenses. J’ai frappé à la porte de plusieurs avoués qui se sont endormis sur mon dossier. La dernière fois que j’ai consulté un homme de loi, cela remonte à six mois, et depuis je n’ai obtenu aucune réponse de sa part », ajoute-t-il.

Le vieil homme a même sollicité le département de la Legal Aid auprès de la Cour suprême pour chercher un soutien, car les revenus de sa pension ne suffisent pas à engager des procédures devant la justice.

« Quand j’ai exposé mon problème aux deux officiers qui m’ont accueilli, ces derniers m’ont conseillé : « Si ou ser pe reste par forss dan lakaz la, be ale par forss, kass kadena ou ousi ou ale reste ! ».

Une extrémité à laquelle se refuse Heman. « Je ne veux pas procéder ainsi à mon grand âge, et vu mon état de santé. Je ne souhaite pas d’ennuis avec la justice ou la police », dit-il.

Sollicité pour des conseils légaux, Me Alvin Halkoree, avocat, s’exprime sur le cas d’Heman. « Sans examiner l’aspect de la propriété de la maison, vu que le monsieur habitait les lieux durant un très long terme, il peut avoir recours à une action en possession (‘habere facias possessionem’) devant la cour de district.

Il doit se tourner vers un avoué pour rédiger une plainte et faire une demande pour rétablir la possession de la maison, afin qu’il puisse y loger.

Il y a un recours dans l’immédiat, si jamais Heman habitait la maison durant les douze derniers mois ». Sauf que ce n’est pas le cas : Heman a été expulsé depuis plus de trois ans. Une situation qui complique davantage le cas d’Heman, car il se retrouve avec beaucoup d’éléments que les autorités (judiciaires) devront prendre en considération.

Ainsi, il faudra établir pour quelle raison sa sœur cadette l’empêche d’accéder à la maison familiale.  La rédaction d’Xplik ou K a contacté le département de la Legal Aid pour qu’Heman puisse obtenir un rendez-vous et exposer son problème afin d’obtenir les services auxquels il a droit.

Comments

comments