Aksidan Fatal: Kavi Dhonow, 19 An, Mor Enn Semen Avan Nesans So Ti Bebe

Li ti pou vinn papa dan enn semen, Dayer, li ti anvi enn garson, avek ki li pou partaz so pasyon mekanik, san dout. Me, Lindi, dan enn aksidan subit, li finn perdi so lavi…

Li ti ena zis 19 an. Kavi Dhonow, ti pourtan ena rande-vou avek lamor, sa Lindi le 11 Septam-la. Motosiklet sa abitan Bambous-la finn rant an kolizyon avek enn loto dan Medine. Ti ver 23hr. Ek sa zen zom-la pa pou resi trouv so zanfan pran nesans… Kavi ti pe travay Domaine Anna, dan seksyon restorasyon, depi enn an ek demi. Li ti ena enn ser ek de frer… Simla Dhonow, mama Kavi, ki ena 48 an, inn plonze dan douler ek bizin fer boukou zefor pou koze. Se dan enn gran sok ki li rakont nou bann sirkonstans li finn aprann depar so garson. “Mo pa ti lakaz sa swar-la. Letan monn retourne monn rod li lerla inn dir mwa linn sorti…”

Bann emosyon ti tro for, li ti nepli kapav exprim li, douler lo so pwatrinn. Se boper Kavi, ki ena 53 an, ki finn pran rele. Wilson Mercure travay kouma sofer ek mason dan enn konpagni konstriksyon. “Monn trouv Kavi grandi, mo kontan li boukou,” li konfie dan soufrans. Li osi pareit perdi perdi, pa konpran kifer enn tel maler inn bat lo so tipti lafami.

Wilson, lui, a vu Kavi avant qu’il ne sorte en ce soir fatidique. Il était alors aux alentours de 21 h 30. «Des amis, je ne sais pas qui exactement, l’avaient appelé pour lui dire de venir les rejoindre. Je ne savais pas à ce moment-là que je le voyais en vie pour la dernière fois…» Une heure plus tard, soit vers 22 h 30, Wilson recevait un appel de la police, confie le beau-père, atterré. «Ler nou finn al stasion, bann polisié inn montré nou portab Kavi… Lerla nou’nn koné limem sa. Mo madam pa ti vini li, mo pa ti amenn li, tansion li tom san konésans…»

Wilson, lui, savait que l’accident avait coûté la vie à Kavi. Ce dernier, est, en fait, mort sur le coup. Son corps a été transporté à l’hôpital Victoria, à Candos. L’autopsie a attribué son décès à de multiples blessures.

Pourtant, ce jour-là, frappé semble-t-il par une prémonition, Wilson avait prévenu Kavi. «Mo ti dir li pa pran motosiklet. Mo ti dir li al marsé… Li pann ékouté… Ler mo sorti déor, mo pa trouv moto…»

Li ti pé anvi gagn enn garson…

Kavi, lui, ne verra pas naître et grandir son bébé. Le jeune homme vivait en concubinage avec Ayesha, la femme de sa vie, depuis un an. Malgré le fait qu’elle soit mineure – elle est âgée de 16 ans – la future maman explique que toute la famille attend l’arrivée du nourrisson avec joie. «Avec Kavi et mes beaux-parents, nous vivions tous ensemble sous le même toit. Mais le malheur s’abat sur nous…»

Certains proches ont même essayé de ménager Ayesha, qui accouchera la semaine prochaine. «Zot inn dir mwa li pa grav, mé gété kouma mo mari inn vinn lakaz. Enn sel kout li’nn kit mwa tousel linn alé», répète sans cesse la future maman. Pourquoi les amis en question l’ont-ils appelé ? Pourquoi a-t-il pris la moto ? Pourquoi n’est-il plus là ? Pourquoi…

Entre les questions, l’incompréhension et les cris de colère, les souvenirs refont surface. Comme ce rituel qui consistait à réclamer sa tasse de thé dès qu’il revenait du travail. «Lorsqu’il ne l’obtenait pas rapidement, li ti pé dir enn fam dominer mo éna. Li ti kontan badiné, riyé…» Désormais, son rire ne résonnera plus dans la maison.

Il n’entendra pas non plus les pleurs de son bébé. «Kavi voulait un fils», confie Ayesha, en esquissant un semblant de sourire, entre les torrents de larmes. Il voulait construire sa maison, aussi. «Li ti fini dir mwa tousala, li ti pou gard nou zanfan dan bien…»

Passionné de mécanique

Kavi était un farceur, lâche son entourage. Il aimait faire des blagues, faire rire les gens. Sa maman, il l’avait affectueusement surnommée «bouria» qui veut dire vieille dame en hindi. Il était de nature douce, aimait passer du temps avec sa famille. Mais aussi avec les motos. Le jeune homme était en effet un passionné de mécanique, de tuning. «Li ti kontan démont motosiklet réfer li. Li ti kontan kas moter refer…» souligne son beaupère, Wilson. Et d’ajouter : «Enn dimounn so masinn an pann, li kapav ranz li, dépann dimounn-la.» Cela, même s’il n’avait jamais suivi de cours en mécanique.

Comments

comments