Kadav Retrouve Pont-Colville: Luchmeenarainsing Ramphul Idantifie

Lekor an eta dekonpozisyon avanse, ki ti retrouve Pont-Colville, pou Luchmeenarainsing Ramphul. Li finn idantifie par lapolis azordi, Merkredi le 4 Oktob. Sa zom-la, ki ti ena 76 an ek abit Petit-Verger, ti porte mankan depi Mardi le 19 Septam.

Bann polisie, konpoze avek bann limie stasyon St-Pierre, Divisional Supporting Unit, Special Mobile Force ek Helicopter Squadraon ti met lamin dan lapat pou retrouv viktim-la. Luchmeenarainsing Ramphul ti apersu lo kamera CCTV dan larezyon Bagatelle. Bann resers sa landrwa-la pa ti donn naryin.

Un homme très pieux

BonZour s’est rendu chez les Ramphul, mardi 4 octobre, après l’annonce d’un cadavre en état de décomposition à Rose-Hill. Très vite, la rumeur a circulé qu’il s’agissait de leur père, plus connu comme Deoduth. L’information est même relayée dans la presse. Suscitant la panique chez les Ramphul. Une nouvelle démentie deux heures plus tard par la police de la localité.

«Nou’nn boulversé térib. Fami pé res téléfoné, zot ti pé prépar zot pou vinn kot nou», lance Rakesh. Établi en Angleterre depuis plusieurs années avec son frère, il a quitté son épouse et ses enfants pour rentrer à Maurice et aider sa sœur à retrouver leur père, âgé de 76 ans.

«Dépi mo’nn vini mo pé roulé. Partou mo’nn alé, lé nor lé sid, dan lwes, partou», confie-t-il. Le désespoir n’est pas de mise pour lui. Il est confiant de revoir son père. D’ailleurs, toute la famille, ainsi que les proches et voisins, sont mobilisés pour le retrouver.

Blessé à la tête

Luchmeenarainsing Ramphul est connu comme un homme très pieux dans la région. «Li bien kontan fer la priyer, lir Ramayan (NdlR, livre sacré) ek al shivala. Kan éna lamor dan lendrwa li al lir Ramayan, raconte Rakesh. Malgré so laz li ti bien aktif ek li bien kontan marsé.» Depuis le décès de son épouse il y a dix ans, le septuagénaire fait souvent le va-et-vient entre Maurice et Angleterre pour voir ses deux fils.

Néanmoins, Rakesh se souvient que deux jours avant sa disparition, le septuagénaire avait fait une chute alors qu’il était dans un temple, situé juste à côté de sa maison. Ce jour-là, il s’était blessé à la tête. «Li ti koud dé ou trwa pwin. Mo ser ti rémarké ki dépi sa li ti afekté inpé ek li pa ti pé tro kozé», poursuit Rakesh. Selon lui, il se pourrait bien que la santé de son père se soit détériorée avec cette blessure.

Comments

comments