Une enseignante quitte le pays laissant une dette de Rs 1,5 million

Voilà ce qui s’appelle filer à l’anglaise. Une enseignante est allée s’installer en France en 2017 sans s’acquitter de sa dette.

Elle avait contracté un emprunt d’environ Rs 1,5 million en décembre 2016 auprès de la Mutual Aid. Selon les renseignements obtenus de l’organisme, la quadragénaire avait projeté de rénover sa maison située dans un faubourg de la capitale.

Pour obtenir son prêt, elle avait demandé à deux proches de se porter garants. Prem, âgé de 59 ans, raconte qu’il est tombé des nues lorsque la Mutual Aid l’a informé qu’il doit rembourser la dette de l’enseignante.

« Ce n’est pas évident. Elle (l’enseignante ; NdlR) est allée vivre en France sans nous informer. Comment vais-je annoncer cela à ma famille ? Mes enfants étudient toujours. Comment vais-je pouvoir rembourser cet emprunt avec l’autre garant ? » se lamente Prem. Sollicité, l’autre garant n’a pas voulu faire de déclaration.

Une préposée de la Mutual Aid explique que les deux personnes étaient au courant des conditions lorsqu’elles se sont portées garantes. Toutefois, on indique qu’un consensus sera trouvé en vue d’alléger les deux garants qui sont proches de la retraite. De son côté, la Mauritius Civil Service Mutual Aid Association Ltd a ouvert une enquête sur l’enseignante.

Loading...

Comments

comments