Trianon: l’Emerald Park Shopping Centre fermé

Visite des inspecteurs du Mauritius Fire and Rescue Service (MFRS) à l’Emerald Park Shopping Centre de Trianon. Cela fait suite à une vidéo qui circule au sujet d’irrégularités alléguées concernant la sécurité au magasin Mr Bricolage. Cette inspection s’est terminée par la révocation du Fire certificate du centre commercial dans son ensemble.

« Il y a plusieurs cas de non respect des règlements et sans ce certificat le centre doit cesser ses opérations », c’est ce que nous révèle, le Chief Fire Officer, Louis Pallen. Selon les premières observations des inspecteurs, le complexe n’est pas en règle avec les conditions du Fire certificate. Le MFRS a préféré annuler ce document. La municipalité de Quatre-Bornes a été informée de même que le ministère du Travail. « Il y avait trop de manquements au niveau des équipements de sécurité et des portes de secours », affirme Louis Pallen.

C’est maintenant à la mairie de décider si le permis d’opération sera révoqué ou pas. L’adjoint au maire de Quatre-Bornes, Pamela Ayacanoo, explique qu’elle n’a pas encore été mise en présence de cette décision du MFRS. Selon Louis Pallen, le centre a fait des changements structurels sans en informer le MFRS, il y a eu aussi des changements d’activités et le service des pompiers n’a pas été notifié. Les propriétaires du centre n’ont, cependant, pas été joignables.

Concernant l’incendie de la rue La Corderie, le MFRS se dédouane. Le bâtiment ne possède pas de Fire certificate. En 1999, le service des pompiers avait ordonné au propriétaire d’effectuer certaines modifications du bâtiment. Ces changements concernaient l’installation d’alarmes, davantage de portes de service, d’escaliers de secours, entre autres. En juillet 2000, le propriétaire a écopé d’un « final warning », affirme Louis Pallen.

En 2003, le MFRS avait, alors, adressé un rapport au ministère du Travail et à la mairie de Port-Louis pour les informer que le bâtiment n’était pas aux normes. La dernière inspection date de 2007 et le bâtiment ne respectait toujours pas les critères, souligne le chef du  MFRS. Toutefois, vu le nombre grandissant de bâtiments d’autres inspections n’ont pu être effectuées. Le propriétaire a, quand même continué à opérer de 1999 à ce jour. Contacté, le maire de Port-Louis affirme qu’il n’a pas pris connaissance du rapport de 2003 et compte l’examiner avant de prendre une décision.

Dans le cas de l’incendie à Shoprite, le département Occupational Health and Safety a ouvert une enquête sur les normes de sécurité. Cette investigation est menée en même temps que celle de la police et du MFRS. Cependant, l’enquête policière souligne, elle, qu’il y a eu des manquements au niveau de la sécurité.


La direction de Mr Bricolage souligne qu’elle est en règle

Dans un communiqué, la direction du magasin Mr Bricolage, à Trianon, rassure le public qu’aucun compromis n’est fait quant à la sécurité dans ses magasins. Il est rapporté dans la vidéo que des chaînes cadenassées ferment les portes de secours.  En effet, ce sont des chaînes en plastique, pouvant être brisées par simple poussée. La vidéo fait aussi état de bidons d’essence stockés dans le magasin. La direction de Mr Bricolage précise que les bidons évoqués sont des jerricans vides destinés à la vente au public.

En dernier lieu, la vidéo montre des cartons obstruant l’une des trois issues de secours. Dans la réalité, ces cartons étaient en cours de rangement dans la réserve.  « La prévention du risque d’incendie s’inscrit dans la démarche globale de prévention des risques de Mr Bricolage », indique Joël de Deken, Directeur Commercial de Mr Bricolage. À vendredi soir, la direction n’avait pas reçu de correspondance des pompiers.


Ce que risquent les coupables

Selon une source du ministère du Travail, c’est le département de l’Occupational Health and Safety qui poursuit ceux qui ne respectent les conditions de leurs Fire certificate. Ceci après une enquête du département, des pompiers et de la police. Dans certains cas, les coupables n’écopent que d’une amende. Dans d’autres, leurs Fire certificate et permis d’opération sont révoqués.

Incendie de Shoprite : la Health and Safety Officer entendue

Après le récent incendie à l’hypermarché Shoprite, la police a entendu, durant la semaine, la Health and Safety Officer de cette grande surface. Celle-ci a alors expliqué qu’un Fire Drill s’était tenu au  mois de mars dernier. Cela afin de préparer les employés à des exercices de secours en cas d’incendie. Par ailleurs, les enquêteurs sont dans l’attente d’un rapport intérimaire du département des pompiers aussi bien que de l’Energy Service Division, un département du Central Electricity Board et du ministère du Travail.

D’ailleurs, un premier rapport a été soumis à la police par les pompiers. Il s’avère que la cause de l’incendie est un court-circuit. Le rapport pointe du doigt la norme de sécurité dans l’entrepôt. D’après le rapport, les portes de secours étaient cadenassées et des caisses de boissons gazeuses obstruaient les passages.

Comments

comments