Shakti Pyndeegadoo, gagnant du loto: Moi, multimillionnaire à 20 ans

Deux nouveaux multimillionnaires à Maurice – les 192e et 193e gagnants du Loto – ont touché leur chèque de Rs 2,9 millions chacun, cette semaine. Si la mère de famille âgée d’une quarantaine d’années investira son jackpot dans l’entreprise familiale, l’autre veinard est un jeune homme de 20 ans, qui a des rêves plein la tête.

Il a la tête dans les nuages mais garde les pieds sur terre. Des étoiles dans les yeux, un sourire sympathique, Shakti Pyndeegadoo, 20 ans, est un jeune homme qui sourit à la vie et à qui la vie sourit. Le contact facile, avec une bonne humeur qui met tout de suite à l’aise, le jeune homme qui paraît un peu réservé au premier contact, baisse très vite la garde pour laisser son côté amical prendre le dessus.

Depuis le samedi 25 novembre, le jeune homme figure parmi les happy few qui après avoir gagné au loto sont devenus, du jour au lendemain, multimillionnaires. C’est accompagné de son père qu’il a, cette semaine, touché son gain de Rs 2 900 328. «C’était inattendu. C’est nouveau pour moi tout ce qui m’arrive mais je suis très content», nous confie le jeune homme, tranquillement installé chez lui, dans sa maison à Surinam. Simple, dans un décor qui traduit son milieu modeste, Shakti Pyndeegadoo réalise difficilement ce qui lui arrive : «J’ai joué au loto samedi matin comme à mon habitude à Dawn Snack, Surinam. J’ai pris un Quick Pick d’une valeur de Rs 300. Mais je joue plus souvent pour Rs 100.»

C’est le même jour, dans la soirée qu’il a appris que Dame Chance lui a souri : «J’ai vérifié les résultats sur mon téléphone vers 8h30. J’ai regardé plusieurs fois les résultats pour en être sûr et j’ai attendu le lendemain matin que mon père me ramène 5-Plus pour vérifier les numéros.» Les premières émotions passées, Shakti laisse éclater sa joie : «J’ai été très content et j’ai, tout de suite, partagé mon bonheur avec ma famille : ma mère Mala (femme au foyer) et mon père Madu (tôlier)».

Il est issu d’une fratrie de trois enfants dont il est le seul fils. Une de ses sœurs a 14 ans et est toujours à l’école. Shakti dit aimer les plaisirs simples de la vie, et aime particulièrement la musique. Steward à l’hôtel Lux* Le Morne depuis deux ans, il connaît, dit-il, la valeur de l’argent : «Je me dis que cela m’aidera à sortir de la misère et à en finir avec les difficultés que j’avais.» Ses millions en poche, le jeune multimillionnaire pense continuer à travailler : «J’aime beaucoup ce que je fais et je ne pense pas m’arrêter.» Par contre, il caresse le rêve de travailler à son compte un jour : «Je ne sais pas dans quoi pour l’instant, mais j’y travaille.»

L’argent qui, dit-il, lui est tombé du ciel, l’aidera à améliorer ses conditions de vie, à assurer son avenir mais aussi à aider ses parents : «Je voudrais acheter un terrain et envisager la construction d’une maison.» Son père Madu l’aidera dans cette démarche : «Il le mérite. Shakti est un bon garçon. Il a été récompensé pour ce qu’il est, pour ses bonnes actions et surtout sa gentillesse. Je l’aiderai et je serai à ses côtés dans tout ce qu’il fera. La priorité sera de trouver un terrain, par la suite même s’il faut construire une chambre en tôle pour lui, on le fera. Ce sera toujours mieux qu’un terrain à bail, comme là où on vit actuellement. Au moins, mon fils aura son chez lui et pour qu’il puisse accomplir ce grand pas en avant, je vais l’aider.»

Depuis la bonne nouvelle, Shakti ne caché pas sa joie, que ce soit sur Facebook, dans les médias ou avec son entourage : «Je suis heureux et je ne fais que partager cette joie. Je n’avais rien et maintenant, je me dis que je peux rêver.» Son objectif : rester le même ! «Je reste la même personne et je ne pense absolument pas changer cela.» De toute façon, son père ne sera jamais très loin pour l’aider à prendre les bonnes décisions. «Le Bon Dieu le guidera. Nous sommes passés par des moments difficiles. J’ai perdu une fille, qui avait une tumeur au cerveau, et une autre vient d’être victime d’un accident. Cet argent, tombé du ciel, amène un peu de joie chez nous.»  Ce n’est pas Shakti, le sourire aux lèvres, qui dira le contraire.

Loading...

Comments

comments