Retrouv Kadav Preetam Mungra Dan Lariviyer Eau-Coulée: “Zot inn touy li”

Qu’est-il donc arrivé à ce père de famille ? Son corps a été retrouvé dans une rivière située à proximité de son domicile. Que faisait-il donc là ? D’autant plus que sa famille affirme qu’il avait une phobie de l’eau… Récit.

«Mo mari ti éna enn fobi dilo, li ti bien per. Ek li pa ti kontan sa larivier-la sirtou. Toulétan li ti anpess nou al laba, li ti pé dir ki dilo sal desann ladan ek éna microb. Li difisil pou krwar ki linn al laba. Zot inn touy li sa…» Entre l’incompréhension, la douleur, les crises de larmes, c’est une colère sourde qui anime Avilata Mungra.

Le corps de son époux Preetam Mungra, âgé de 53 ans, a été retrouvé flottant dans une rivière qui coule à quelques pas de leur domicile, à Eau-Coulée, le mardi 30 janvier 2018. Qu’est-il arrivé au père de famille? Qu’est-il allé faire là-bas? Le mystère et les zones d’ombre demeurent, selon ses proches.

C’est la police qui a découvert de corps inerte de Preetam Mungra, mardi. Ce technicien du Central Electricity Board présentait des fractures au niveau de la tête et il portait plusieurs blessures sur le corps. «Bann lapolis kan inn trouv li, li ti zis avek so boxer, so linz ti sek, inn gardé enn koté ek ti éna enn asé gro ross lor li», relate Avilata Mungra, incosolable depuis ce drame.

Mercredi, ils étaient nombreux proches, amis et voisins venus rendre un dernier hommage à Preetam Mungra, lors de ses funérailles. Les rites funéraires ont toutefois été interrompus par les cris de Ragini, la sœur du défunt. «Zot inn touy li ! Li ti kontan viv li ! Mo frer bizin ress parmi nou pou montré nou kisanla inn fer sa», scandait-elle, désespérée, en proie à une rage incontrôlable. Il a fallu l’intervention de ses proches pour que Ragini se calme. Le convoi mortuaire s’est ensuite dirigé vers le cimetière de Bigara.

Preetam Mungra laisse derrière lui un fils de 19 ans. Avilata confie que Preetam attendait avec impatience les résultats de Rahul, qui a pris part aux examens du Higher School Certificate. «Li ti enn dimounn bien kalm ek souvan li ti pé sorti pou al pran enn drink ek bann kamarad. Mo pa koné kinn kapav arivé sa zour-la. Li ti éna portab ar li mé mo pann sonn li… »

Le lundi 29 janvier, selon ses dires, Preetam Mungra a quitté la maison vers 16 heures pour se rendre, avec des amis, à la boutique du coin. Mais à 20 heures, le quinquagénaire n’était toujours pas rentré. Ses proches ont alors commencé à s’inquiéter. «Mwa ek mo garson nou finn res atann li ziska 1 er di matin. Zamé li ti tardé koumsa…»

Ainsi donc, c’est le lendemain, alors qu’elle se préparait pour aller au travail, que les policiers ont débarqué. Pour leur annoncer la terrible nouvelle…

La famille révoltée

Les proches de Preetam Mungra ne décolèrent pas, après que des versions «erronées» concernant le décès du quinquagénaire ont été évoquées dans la presse, affirment-ils. «Lor radio zot pé dir linn nwayé alor ki lapolis mem inn dir nou ki kikenn inn touy li !»lâche Ragini.

Pour elle, comme pour les autres membres de sa famille, il ne fait aucun doute que Preetam Mungra a été victime d’un acte malveillant (foul play). «Nou pa pou bes lébra. Bann ankéter bizin koné kouma pou fer zot travay pou nou konn la verité», poursuit-elle.

Newab Mungra, le frere aîné de Preetam, peine également à croire à la thèse d’un accident. «Mo frer ti enn bon dimoun ek li ti kontan rann servis. Nou sagrin ki nou finn perdi li koumsa…» Les voisins de Preetam Mungra soulignent pour leur part qu’ils garderont un bon souvenir de ce dernier. «Il était très serviable, intelligent, diplomate et gentil.» Qu’est-ce qui a bien pu se passer le soir où il a perdu la vie? lance l’un d’eux. Preetam Mungra, glisse-t-on, a emporté avec lui ce secret…

Loading...

Comments

comments