Quatre-Bornes : Père et fils, présumés cerveaux d’une série de vols

C’est un mécanisme bien huilé que père et fils avaient mis au point. L’un repérait les proies potentielles dans des banques et les complices passaient à l’acte, une fois leur victime à l’extérieur. Pendant plusieurs mois, ils ont agi de la sorte à Quartier-Militaire, Moka, Vacoas et Phœnix. Mais leur manège a pris fin le 23 janvier. Boodhun Sewbundhun, 50 ans, son fils Jevin Miresh, présumés cerveaux de cette astuce, et leurs complices se sont fait épingler. Ils sont passés aux aveux.

Boodhun Sewbundhun, habite Quatre-Bornes. Dans le passé ce père de famille s’était déjà fait coffrer pour vol à Vacoas. Après être resté loin des embrouilles pendant un certain temps, le voilà qui replonge. Avec la complicité de son fils Jevin Miresh Sewbundhun, ils ont monté une combine pour déplumer plusieurs personnes.

Leur mode opératoire était toute trouvée : s’attaquer aux gens qui effectuaient des retraits conséquents à la banque. Pour ne pas se faire remarquer cependant, ils louaient une voiture et changeaient la plaque d’immatriculation. En route, un des malfrats était déposé à la banque. Cette combine était utilisée à tour de rôle par les membres de la bande.

Ils ont fait des victimes dans la région Est. À Moka, Quartier-Militaire, Saint-Pierre. Celui parti en éclaireur à la banque se chargeait de surveiller les moindres faits et gestes des clients, venus pour effectuer des retraits. Il s’intéressait particulièrement à ceux qui faisaient des retraits conséquents.

«J’en tremble encore»

Dès que la cible est repérée, les malfrats se tiennent prêts. En effet, une fois le client hors de la banque, le complice à l’intérieur refile son signalement à ses complices. Les autres membres de la bande prennent le relais. Si la victime voyage en bus, les malfrats sont deux à la suivre. Ils prennent aussi place dans le bus tout en gardant leur proie à l’oeil. Ils attendent qu’elle descende du véhicule pour passer à l’acte. Profitant de l’effet de surprise, ils arrachent le sac de leur victime et prennent la fuite à bord de la voiture qui suit le bus.
Une jeune femme de 21 ans, habitante de l’Est, est encore traumatisée par cette expérience. « J’en tremble encore », nous dit-elle.

Au début du mois de janvier, elle était partie effectuer un retrait pour le compte de la compagnie qui l’emploie. « Avec un collègue, nous sommes partis faire un retrait dans une banque à Ébène. J’ai retiré Rs 36 000 pour la compagnie », nous relate-t-elle. En sortant de la banque, elle est montée dans la voiture. « Nous nous sommes alors rendus à Bagatelle », ajoute-t-elle. Avec son collègue, ils étaient loin de se douter que la bande épiait leur moindre mouvement et attendait le moment propice pour passer à l’action.

« Nou mem pann gayn letan pou desann dan loto. Trwa dimoun inn vinn ek nou. De ti kote mo koleg e enn kot mwa. Zot inn demann mo kamarad si li konn zot. Enn inn avoy so lame lor mo sak ki ti ena kass ki ti kot siez amba. Monn krie. Zot inn sauve ar sak la », raconte la jeune femme. « En sus de cet argent, le sac contenait un chèque de Rs 50 000 », dit-elle.
Le 3 janvier, les voleurs ont plumé un membre de la Special Mobile Force. Ils l’avaient conduit de force à un guichet automatique d’une institution bancaire opérant à Trianon. Mais comme le compte de ce policier était à sec, les malfaiteurs lui ont volé son cellulaire et une somme de Rs 1 000 qu’il avait sur lui.

Conjuguant leurs efforts, la Criminal Investigation Division de Moka, celle de Vacoas et les éléments de la Field Intelligent Unit ont pu remonter jusqu’à Boodhun Sewbundhun et sa bande. Après un travail de surveillance avec l’aide des éléments de l’Emergengy Response Service, les enquêteurs ont arrêté les membres de la bande dans la journée du 23 janvier à Palma, Quatre-Bornes.

Louis Désiré Steward Verloppe, alias Rasta, 34 ans, Joseph Samuel Jolicœur, 29 ans, Boodhun Sewbundhun, 50 ans, déjà connu des services de police, et Jevin Miresh Sewbundhun, 24 ans, ont été appréhendés.

Les policiers ont perquisitionné leurs domiciles et ont trouvé de la poudre blanche suspectée d’être de la drogue, des tablettes de Valium et une somme de Rs 20 000 de provenance douteuse.

Lors de leur interrogatoire, les suspects ont reconnu leur participation dans deux vols commis à Quartier-Militaire, quatre à Vacoas et un à Phoenix. Un cinquième suspect a été arrêté. D’autres sont activement recherchés.

Les cinq suspects ont comparu en cour sous une charge provisoire de vol avec violence. La police a objecté à leur remise en liberté sous caution.

Comments

comments