Aux abords des mosquées : quand les toxicomanes se rejoignent aux mendiants

Le problème de mendicité aux abords des mosquées de la capitale commence à incommoder les fidèles. à tel point que la direction de la Jummah Mosque a placé un écriteau sur lequel on peut lire ces mots. « Les mendiants ne sont pas autorisés ». Avec le mois de ramadan qui approche, des « faux pauvres» se couvriront la tête pour quémander quelques roupies.

C’est une pratique qui ne date pas d’hier mais la situation se détériore. Alors que nous prenons la photo d’une plaque sur le mur de la Jummah Mosque, une dame nous interpelle en des termes grossiers et nous demande de partir. « Sinon ou capave disparaite, » nous lance-t-elle. Selon notre enquête, quelques personnes qui viennent demander l’aumône sont en fait des «faux pauvres» qui travaillent pour d’autres personnes et perçoivent une commission selon le montant des sommes collectées.

Un homme qui suit notre démarche nous fait savoir que nous avons raison de dénoncer ce «bazar» qui s’est installé devant la mosquée. « Kan l’heure namaz zotte la guerre et parfois zotte dire banne gros mots, » nous apprend-il. Il nous indique que des toxicomanes s’installent eux aussi sur le trottoir pour demander l’aumône.

« Donner à un pauvre, c’est bien. Mais pas à un faux pauvre, » s’indigne-t-il.

Un homme qui a requis l’anonymat nous raconte qu’un toxicomane oblige son épouse à mendier pour qu’il puisse se payer sa dose quotidienne.

Un commerçant pour sa part nous avoue son impuissance. « Que faire contre cette horde de mendiants qui tendent la main assis sur le trottoir à l’entrée des mosquées. Faut-il ne pas donner l’aumône? » se demande-t-il. Il nous explique que sous l’apparence du pauvre diable se cache parfois un personnage trouble. Des toxicomanes et des alcooliques se cachent derrière le manteau du pauvre pour demander l’aumône et ensuite disparaître pour chercher la défonce.’

Ceux qui travaillent devant les mosquées expliquent que c’est une mauvaise image que cette foule de mendiants renvoie d’eux-mêmes et de la Jummah Mosque aux étrangers qui viennent visiter ce lieu historique.

Faux mendiants

La direction de la mosquée a fait placarder un écriteau où il est écrit qu’il est formellement interdit de demander l’aumône en ce lieu. La direction a pris cette mesure pour décourager ces «faux pauvres» qui obstruent le trottoir. « Nous ne leur demandons pas de disparaître mais de s’éloigner de l’entrée, » nous dit un responsable de la mosquée. « La semaine prochaine fine dire nous alle lotte côté la rue, » nous laisse entendre un jeune garçon assis sur le trottoir. Il nous toise du regard et nous demande pourquoi nous prenons des photos. « Certes, c’est une bonne décision de les délocaliser et surtout avec l’arrivée du ramadan beaucoup de faux mendiants vont en profiter pour venir s’installer devant les mosquées. Les musulmans vont distribuer leur zakaat et beaucoup de ces gens qui ne le méritent pas vont en profiter, » laisse entendre un fidèle qui fréquente la Jummah Mosque depuis très longtemps.

Selon des hadiths authentiques, l’islam considère que chaque croyant devrait se contenter de ce qu’Allah lui offre et ce à partir du moment où ses besoins primaires sont assouvis.

Un autre hadith dit : « Celui qui mendie sans pour autant être pauvre c’est comme s’il mangeait de la braise. »

Le prophète a expliqué les différentes sortes de mendicité autorisées. Ce qui est en dehors de cela est illicite.

Plusieurs hadiths ont été rapportés concernant cette indécente pratique qui pousse les gens à s’habituer au gain facile et à la vie malhonnête.

L’islam encourage à donner l’aumône mais à condition que la personne mérite ce qu’on lui donne. L’islam encourage à faire l’aumône à tous les êtres humains peu importe leur religion, leur ethnie, la couleur de la peau.

D’ailleurs, le Prophète Muhammad (pssl) venait en aide au non musulmans qui le combattaient. La générosité faisait partie de nombreuses qualités du Prophète Muhammad (pssl). Il était le plus généreux de tous et il l’était encore plus durant le mois de ramadan.

L’islam encourage la générosité. Tout ce qui est donné généreusement avec l’intention de plaire à son Créateur est considéré comme un sadaqa.


Loading...

Comments

comments